Figures

Retour au fascicule

L'Industrie lithique de Mehrgarh (Pakistan)

[note critique]

Année 1978 Volume 4 Numéro 1 pp. 307-318

Lechevallier Monique. L'Industrie lithique de Mehrgarh (Pakistan). In: Paléorient, 1978, vol. 4. pp. 307-318.

DOI : 10.3406/paleo.1978.4233

www.persee.fr/doc/paleo_0153-9345_1978_num_4_1_4233

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text
doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image
doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in
doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out
doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark
doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

PALEORIENT - VOL. 4 - 1978

L'INDUSTRIE LITHIQUE DE MEHRGARH (PAKISTAN)

(i)

M. LECHEVALLIER

Le site de Mehrgarh se trouve au Balouchistan dans la plaine de Kachi, zone frontière entre les montagnes du Balouchistan et la vallée de l'Indus. Sa situation, au pied de la "Bolan pass", le place sur l'une des rares voies de communication entre le plateau iranien et le sous- continent indien.

A la suite d'une prospection effectuée en 1972, trois campagnes de fouilles ont été menées sous la direction de J.F. Jarrige sur ce site de plus de sept hectares (2). Quatre périodes représentant une occupation continue d'environ un millénaire ont été reconnues. Elles se situent approximativement entre 3500 et 2500 avant J.-C. Des installations importantes ont été mises au jour sur plusieurs chantiers couvrant une superficie de 1650 m2. A la suite d'explorations et de sondages effectués en 1976-1977, trois périodes d'occupation plus anciennes, dont une précéramique, ont été mises en évidence entre le site principal et le cours de la Bolan, au nord. Ces dernières découvertes reculeraient la séquence archéologique de la plaine de Kachi d'un ou deux millénaires (3).

L'industrie lithique que nous étudions ici provient du site principal et porte sur les périodes IV â VII (précédemment dénommées I â IV). Cette industrie a dans l'ensemble du matériel archéologique une part relativement peu importante, surtout en regard de la céramique, très abondante à Mehrgarh. Le silex figure néanmoins à l'inventaire de toutes les périodes et mérite d'autant plus d'être étudié que les documents li- thiques provenant de cette région sont encore rares ou mal datés. Nous nous bornerons ici à présenter les traits principaux de cette industrie et à effectuer des comparaisons avec les sites contemporains d'Iran et d'Asie centrale .

Le silex utilisé est homogène, à grain fin, de couleur beige, allant pour quelques pièces du brun clair au brun foncé. Dans la plaine alluviale où se situe Mehrgarh, le silex est présent sous forme de gros

galets de rivière, abondants dans le lit de la Bolan. Ils proviennent d'une zone de sédiments calcaires attribués au crétacé, coupés par la Bolan, à une cinquantaine de km au nord -ouest de Mehrgarh.

Le débitage est fin, lamellaire (fig. I : 5-11). Les nuclei sont d'assez petite dimension ; certains nuclei à lamelles ont une forme caractéristique en mitre (fig. 1 : 1,2). Lames et lamelles présentent une courbure accentuée à la partie distale. La dimension des lames augmente notablement aux périodes VI et VII (fig. 1 : 7,10,14).

L'outillage est diversifié, surtout aux périodes VI et VII dont le matériel lithique est plus abondant qu'aux périodes IV -V. Il est à noter que certains types ne sont attestés qu'à partir de la période VI, tels les grattoirs, les perçoirs et les lames à dos : à la même période, les microlithes apparaissent en nombre ; les pointes de flèches ne sont présentes, sauf exception, qu'à la période VIL

Les pointes de flèches, fabriquées à partir de schiste ou de silex, sont d'exécution très soignée (fig. 2). Façonnées par retouche couvrante sur les deux faces, elles sont de forme ovalaire plus ou moins allongée, à l'exception d'un spécimen à base pédonculée. Leurs dimensions varient entre 21 et 52 mm. Trois petites pointes, ovalaires ou amygdaloides, simplement façonnées par retouche abrupte ou semi-abrupte aux extrémités, diffèrent de cet ensemble. L'une d'elles est la seule attri- buable à la période IV, les deux autres appartiennent à la période VII (fig. 2 : 1,2). Elles procèdent d'une

(1) Les dessins sont dûs à Gonzague QUIVRON, membre de la Délégation archéologique française au Pakistan. (2) JARRIGE 1974. (3) Des charbons ont été prélevés en vue d'obtenir des datations par le C.14.

307

doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw
doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw